home email us! feed
29 mai 2017

Archive for décembre, 2007

Perception de la réalité - le réel en question

Puis-je vous poser une véritable question ? Où êtes-vous ? En face d’un écran d’ordinateur ? Dans un corps ? Dans votre maison ? Dans une ville ? Sur une planète ? Etes-vous Amoureux ? Est-ce que vous souffrez ?

Quel est ce monde autour de vous que vous voyez et que vous ressentez ? A quoi sert-il ? Où êtes-vous ? Et pourquoi êtes-vous là ?

Bien au-delà de toutes ces questions posées en introduction de cet excellent clip, vous trouverez un résumé de 550 secondes qui fournit une explication claire du fonctionnement de notre perception.

Une réponse au vide intérieur

Ces dernières années la dépression a pris la taille d’une épidémie dans l’ensemble du monde occidental. Selon les dernières données publiées par le prestigieux Collège de Psychiatrie en Angleterre, une femme sur cinq et un homme sur dix souffriront de dépression à un certain stade de leur vie.

Or, malgré les médicaments et les différents traitements psychologiques, il semblerait qu’il n’y ait pas de solution médicale à l’horizon, l’inverse serait même plutôt vrai. Le Dr Yoram Youval, psychiatre et psychologue, interviewé par le journal Yédiot Acharonot, affirme que des médicaments comme le Prosac et ses nouveaux dérivés traitent certes les symptômes mais pas la racine du problème. «Nous sommes apparemment la seule créature qui sait qu’elle moura, ainsi que ses proches. Les gens dépriment vis-à-vis de la mort; Leur vie n’a pas de sens» dit-il

Sur la perte du sens de la vie, a écrit il y a environ soixante ans un des plus grands kabbaliste du vingtième siècle, le Baal HaSoulam. Dans ses œuvres, il conjectura qu’à la fin du 20ème siècle, l’humanité se tiendrait à la croisée des chemins. «Ainsi la question qui ronge l’homme à chaque génération est : quel est le sens de notre vie? … Laquelle est toujours valide et a conservé toute son amertume. … parfois elle s’invite à l’impromptu dans nos pensés, et assaillent notre moral, nous plongeant dans la détresse jusqu’à ce que nous réussissions à nous jeter inconsciemment dans le courrant de notre existence, pour vivre comme hier»

Face à ce vide, la sagesse de la Kabbale explique qu’il y a une solution, mais pour l’appliquer, nous devons traiter le problème à sa racine. Il expliqua qu’en l’homme se cache la possibilité de réaliser l’intégralité de son potentiel de façon agréable et pleine de joie de vivre, il ne lui reste qu’à apprendre comment.

 

Read the rest of this entry »

Les cigognes et le travail d’équipe

Chaque automne, des volées de cigognes prennent leurs quartiers en direction du sud. Ils partent des froides terres du nord, et migrent en direction de la chaleur de l’Afrique. L’automne prochain levez la tête vers le ciel, et vous apercevrez ces volées en forme de V.

Pourquoi volent-elles en V ? Quand un oiseau bat des ailes, il crée derrière lui une impulsion qui facilite le travail des oiseaux qui le suivent. C’est pourquoi une formation en V permet à l’envolée de parcourir une bien plus grande distance qu’un oiseau ne pourra jamais traverser seul.

Un autre fait intéressant : quand une des cigognes s’éloigne de la volée suite à une blessure ou à la fatigue, immédiatement deux autres cigognes viennent voler à ses cotés pour protéger et aider leur compagnon de vol.

Ils restent avec l’oiseau en difficulté jusqu’à ce qu’ils reprennent des forces et soient à nouveau capables de voler, seulement à ce moment ils rejoignent la volée.

Que peut-on apprendre des volées de cigognes ?

Les personnes qui ont un but commun peuvent l’atteindre plus rapidement et plus facilement s’ils se joignent en groupe. Chaque membre aide l’autre et ensemble ils vont plus loin que séparés. C’est la raison pour laquelle les Kabbalistes ont toujours étudié en groupe.

7 avantages de la sagesse de la Kabbale sur toute autre science

  1. Les sciences que nous connaissons dans notre monde ne traitent que de la partie matérielle de la réalité et c’est pourquoi elles ne peuvent pas comprendre tout le système existant. Même la tentative d’Einstein de développer la théorie générale de la relativité n’a pas réussi.

    La sagesse de la Kabbale analyse la partie de la réalité qui n’est analysée par aucune autre science - le monde spirituel. Du fait que la découverte des lois du monde spirituel dévoile tout le système intérieur agissant sur le monde, cette sagesse comprend en fait, toutes les autres sciences et leur apporte une perspective immense.

  1. La sagesse de la Kabbale n’est pas limitée. La physique par exemple, est une science limitée par la vitesse de la lumière et le temps. A une vitesse supérieure à celle de la vitesse de la lumière les lois de la physique s’effondrent et avec elle, il n’est pas donc possible de comprendre la sagesse de la Kabbale qui analyse la réalité qui se trouve au-delà des limites telles que le temps, mouvement et lieu, c’est pourquoi elle n’est pas limitée comme les autres sciences.
  1. La science conventionnelle peut être utilisée à mauvais escient, comme par exemple l’invention de la bombe atomique. Dans la sagesse de la Kabbale se dévoile une capacité d’analyse uniquement si la personne est capable de bien l’utiliser.
  1. La recherche scientifique ne s’effectue qu’intellectuellement alors que dans la sagesse de la Kabbale, en plus des connaissances analysées, s’ajoute un ressenti intérieur sur l’objet étudié.
  1. Pas besoin d’être spécialement intelligent pour étudier la sagesse de la Kabbale, mais il faut juste être doté d’un grand désir.  De plus, mêmes les plus grands scientifiques ne se servent que d’un faible pourcentage du cerveau. Se peut il que tout le reste du cerveau existe en vain ? la réponse est non. A côté du sentiment du monde supérieur que développe le kabbaliste, se développe en lui une compréhension et une connaissance de toute la réalité. Pour cela il se sert de la plupart du cerveau inutilisé jusqu’à présent.
  1. Toutes les sciences sont valables tant que l’homme est vivant. La sagesse de la Kabbale est la seule science qui permette de comprendre ce qui se passe après la mort du corps physique.
  1. Toutes les sciences peuvent élargir notre savoir sur le monde, mais aucune science ne peut nous rendre heureux sauf la sagesse de la Kabbale. Nous savons que dans la nature l’équilibre est ressenti comme bon. La sagesse de la Kabbale nous enseigne comment nous équilibrer avec tout le système de la nature - avec la partie qui s’est dévoilée grâce aux autres sciences ainsi qu’avec la partie qui ne pourra se dévoiler à l’homme qu’à l’aide de l’étude de la Kabbale.
Next entries »