home email us! feed
27 mai 2017

Archive for janvier, 2008

La bible - faits historiques ou expériences spirituelles ?

IllustrationAvant tout, des expériences spirituelles. Parce que la bible, ainsi que tous les livres sacrés, parle de la sainteté, donc de ce qui est détaché de notre monde. Kodesh (saint) - c’est être écarté, détaché. Et pour cela on parle d’abord du monde spirituel, de l’âme que l’homme doit réparer, et à laquelle il doit s’identifier, ainsi qu’au monde spirituel, éternel et complet, dans lequel il doit fixer sa réalité et y vivre. Pour cela il faut s’identifier avec l’aspect éternel des textes sacrés. Et en fonction de cela, l’homme lorsqu’il étudie le monde spirituel, il étudie aussi le monde matériel. Il voit alors cette projection, cette descente des forces dans le monde matériel, et ainsi, dans le monde matériel, il apprend également notre histoire. Autrement dit, évidement que dans toutes les choses dont parle la bible, se trouve dans spiritualité mais elle explique également comment cette spiritualité descend et se retrouve dans la matérialité.

Cependant, en premier lieu, il est question de la spiritualité et non pas de l’Histoire. Parce que de cette histoire je ne peux rien apprendre tandis que de la spiritualité, j’ai quelque chose à apprendre, parce qu’elle est toujours actuelle. Je peux grâce à cela atteindre l’éternité. Il n’en est pas de même pour l’histoire, elle ne m’aidera pas.

Une autre source de satisfaction

« Disons, si je commence à étudier la Kabbale, soudain ma carrière ou ma situation amoureuse s’amélioreront ? »
C’est à peu près la question qui fut posée au Rav Laitman lors d’une interview télévisée il y a peu de temps.
Sa réponse, en image :

 

Quelle est la différence entre ce monde et le monde spirituel?

mondes spirituels

Ce monde est le point le plus bas qu’atteint un kabbaliste. Il est en total opposition au Créateur et son nom dans la langue des branches est «l’exil d’Egypte». La force naturelle qui agit sur nous dans cet état, la force de notre nature égoïste, ne nous permet pas de faire quelque chose qui ne nous amène pas d’intéret personnel . Cet état se nomme «Pharaon».

Notre égoïsme ne nous laisse pas ressentir l’état parfait, sublime. C’est l’égoïsme, la force intérieure et vicieuse en l’homme qui est appelée «Pharaon», dont la Torah (le Pentateuque) parle longuement. La force qui nous libère de cet état et nous fait accéder au monde spirituel se nomme «Moïse». Pharaon, Moïse, et tout ce qui est écrit dans l’Exode décrivent des états spirituels et des émotions que nous expérimentons tous, à un certain point, dans notre croissance spirituelle.

Qu’est-ce que le «point dans le cœur» ?

 

Toute personne a un point dans le cœur, mais nombreuses ne le ressentent pas parce qu’elles ne sont pas «arrivés à maturité» ou pas assez prêtes pour le sentir. Si au cours de nos cycles de vies, nous sommes arrivés à une situation où le point dans le cœur se dévoile, alors dans ce cas, nous commençons à ressentir un désir pour la spiritualité, pour quelque chose de supérieur. On nomme ce sentiment «le point dans le cœur»

Next entries »