home email us! feed
26 mai 2017

Archive for juillet, 2008

Paroles de Kabbalistes

« Celui qui ressent en lui, après de maintes expériences, qu’en son for intérieur, son âme n’atteint la tranquillité que dans l’étude des secrets de la Torah, il saura avec exactitude que c’est pour cela qu’il fut créé. »
Rav Kook, Orot Akodesh §1

La Kabbale et la philosophie

Cycle de cours du Rav Laitman sur l’article du Baal HaSoulam, La Kabbale et la Philosophie.

Cours 1 - 23.05.2008

Cours 2 - 06.06.2008

Cours 3 - 13.06.2008

Cours 4 - 24.06.2008

Cours 5 - 27.06.2008

Cours 6 - 04.07.2008

Matérialisation

Une question sur la matérialisation: comment les pyramides se sont elles matérialisées en Egypte? Comment a-t-on pu les construire avec une telle précision et sans aucune technique moderne ? Quand aux temples, ils ont été détruits et les pyramides, elles, sont toujours en place !

Rav Laitman : Il n’y a rien qui apparaît d’en haut, de l’air, rien qui se « matérialise ». Les pyramides ont été construites par des hommes. Elles sont toujours debout car elles symbolisent, elles incarnent et personnifient l’ego existant et croissant de l’univers tout entier. Les temples sont tombés en ruine car il n’y a pas de masse critique d’humains qui par leur perception se trouvent dans les deux mondes en même temps le spirituel et le matériel et qui les relient entre eux. Dans l’avenir, avec la correction, la réparation de l’ego, l’âme collective universelle apparaîtra et alors apparaîtra aussi son signe terrestre : le troisième temple. Mais après la fin de la correction, ce monde ci, avec tout ce qu’il contient, disparaîtra totalement de notre perception.

L’influence de l’environnement

Ou bien, si quelqu’un hérite de ses pères un penchant à être large d’esprit, il va s’entourer d’idées dont il va se servir pour se prouver qu’il est bon d’être large d’esprit. Cependant, d’où lui viennent toutes ces phrases et ces idées? Tout ceci lui est imposé sans qu’il le sache par son environnement qui dépose en lui ses opinions et ses inclinations par un développement progressif de relation de cause à effet.

Cela est fait de telle sorte que l’homme les considère comme ses propres biens, acquis par sa liberté de penser. Ici aussi tout comme pour le grain de blé, il existe une partie du programme qui est invariable et qui correspond aux tendances reçues en héritage et présentes chez ses aïeux. C’est le «second facteur».

Baal HaSoulam - La Liberté


agt_multimedia.png Lien vers le cours du Rav Laitman sur l’article “la liberté” du Baal HaSoulam