home email us! feed
29 mai 2017

Archive for décembre, 2010

Commencez l’année dans l’harmonie avec les forces de la nature !

Commencez l’année dans l’harmonie avec les forces de la nature !

          Logo congrès Berlin Janv 2011Congrès de Kabbale, Berlin, du 28 au 30 janvier 2011

 

Le congrès de Kabbale de Berlin est le point de rencontre pour nous tous qui comprenons que derrière ce monde se trouvent les lois de la Nature que nous devons découvrir afin d’atteindre un niveau d’existence plus élevée.

 

La Kabbale est plus qu’une simple étude, c’est une science expérimentale, et des évènements comme celui là rendent cette expérience plus réelle, aident à comprendre ce dont les kabbalistes parlent et quel est le message qu’ils essaient de faire passer.

conf Berlin 2011

    « Un congrès vaut une année d’étude

   journalière ».

    Michael Laitman

 

 

 

 

 

 

Ne ratez pas l’opportunité de découvrir la clef

pour des progrès spirituels et venez au congrès de Berlin !

Enregistrez vous ici

Pendant le congrès vous trouverez :

  •     Des leçons live du kabbaliste Michael Laitman
  •     Des ateliers qui vous ouvriront de nouvelles perspectives à propos de ce dont la Kabbale parle.
  •     des repas communs et conviviaux
  •     Des soirées culturelles basées sur des valeurs spirituelles.
conf Berlin 2011 Photo1conf Berlin 2011 Photo2conf Berlin 2011 Photo3

Toutes ces activités auront lieu au Kosmos, centre de congrès dans le centre de Berlin :
Kosmos
KG Karl Marx Allee 131a
10243 Berlin

conf Berlin 2011 Kosmos1conf Berlin 2011 Kosmos2conf Berlin 2011 Kosmos3

<clickez ici>

Comment s’y rendre:

Carte

Compagnies aériennes à bas prix :

EasyJet  Germanwings  Aer Lingus  Condor  Iceland Express  Norwegian Air Shuttle  Pegasus Airlines  Ryanai  SunExpress   Air Berlin    Condor   TUIfly     Blue1   Brussels Airlines   InterSky    Pegasus Airlines   SunExpress   Transavia   Wind Jet

Les Hôtels:

liste de quelques suggestions:
(Toutes les propositions sont calculées sur 5 nuits à partir 26/1/10)

Hôtel Hodisee   distance: moins de 1 km de l’emplacement
Prix:
chambre double pour 5 nuits: 226 € (2 personnes)
place dans le dortoir (8 lits) pour 5 nuits: 60 €

hôtel Pegasus   distance: environ 1200 mètres de l’emplacement
Prix:
place dans un dortoir (salle): 53 €
chambre pour 4 personnes: 336 € (70 € par personne)

auberge Bolgherini   distance: moins de 1 km de l’emplacement
chambre double (2 personnes): 290 € (145 chacun)

Reither conseil   Distance: un peu plus de 1 km (1000-1200 m)
privés chambre double: 188 € (pour 2 personnes-95 € par personne)
Privé 4 lits: 300 € (pour 4 personnes - € 75 chacun)

auberge Generator   à environ 2,5 km

(c’est plus que d’autres, mais a d’autres caractéristiques qui peuvent le rendre attrayant, voir le lien …)
chambre double avec salle de bains: 185 € (92 € par personne)
place dans un dortoir: 46 € (par personne pour 5 nuits)
liste quelques suggestions:
(Toutes les propositions sont calculées sur 5 nuits à partir 26/1/10)

Hôtel Hodisee   distance: moins de 1 km de l’emplacement
Prix:
chambre double pour 5 nuits: 226 € (2 personnes)
place dans le dortoir (8 lits) pour 5 nuits: 60 €

hôtel Pegasus  distance: environ 1200 mètres de l’emplacement
Prix:
place dans un dortoir (salle): 53 €
chambre pour 4 personnes: 336 € (70 € par personne)

auberge Bolgherini   distance: moins de 1 km de l’emplacement
chambre double (2 personnes): 290 € (145 chacun)

Reither conseil   Distance: un peu plus de 1 km (1000-1200 m)
privés chambre double: 188 € (pour 2 personnes-95 € par personne)
Privé 4 lits: 300 € (pour 4 personnes - € 75 chacun)

auberge Generator   à environ 2,5 km

(c’est plus que d’autres, mais a d’autres caractéristiques qui peuvent le rendre attrayant, voir le lien …)
chambre double avec salle de bains: 185 € (92 € par personne)
place dans un dortoir: 46 € (par personne pour 5 nuits)

Prix

  •     3 jours complets pour un adulte : 150 euros
  •     3 jours complets pour un enfants :
    •     enfant jusqu’à 4 ans         : gratuit
    •     enfant de 4 à 12 ans         : 75 euros
    •     enfant de 12 ans et plus  : prix adulte
  •     1 jour adulte : 90 euros
  •     1 jour enfant
    •     enfant jusqu’à 4 ans         : gratuit
    •     enfant de 4 à 12 ans         : 45 euros
    •     enfant de 12 ans et plus  : prix adulte

 

Bouton enregistrez vous.
http://events.kabbalah.info/Type_1/register.php?ev=107〈=FRE

Hanoukka: La guerre spirituelle

 Extrait de “La kabbale en toute simplicité” d’Abraham au Baal HaSoulam.

La kabbale en toute simplicité.Livre: Vente en ligne ou en Pdf

Archive du cours de Rav M.Laitman correspondant:
2010-12-01 Part 4: Writings of Rabash, Letter 43
Vidéo:FRE 51.21MB MP3:FRE 9.19MB  

Hanoukka: La guerre spirituelle

La fête de Hanoukka est porteuse d’un message: à chaque fois que l’ego s’accroît, il amène séparation et ennuis. Tel fut le cas à l’époque des Hasmonéens, et tel est le cas de nos jours.
La solution se trouve là où commence la lumière et où finit l’ego.

Hanoukka est une fête qui apporte un peu de lumière
dans l’année. Fermons les yeux un instant, et remémorons
nous nos premiers souvenirs suscités par la fête de Hanoukka,
immédiatement, nous vient à l’esprit le mot lumière. Hanoukka
est une fête qui abonde de symboles et de concepts avec lesquels
nous avons tous grandi. Toutefois, Hanoukka a également
une signification kabbalistique très importante, celle-ci s’est
implantée en nous au cours des générations et dont la validité
et l’importance sont toujours actuelles.
Au centre de la fête se trouve l’idée spirituelle de base: la loi
de la nature qui dirige notre vie, sans nous laisser l’opportunité
de l’ignorer. Cette idée explique simplement que le but de
chacun est de s’élever au-delà de la matérialité, au-dessus de
notre ego, pour attirer l’abondance de la Force Supérieure. Le
moyen mis à notre disposition pour y parvenir, est une union
La Kabb 84 ale en toute si mpli cit é
entre nous par un amour mutuel. Tel est le message intrinsèque
de la fête de Hanoukka.

Les ennuis commencent chez nous

Il y a environ 2200 ans, dans la belle région de Modi’in,
se déroula une lutte sans merci autour des valeurs spirituelles,
qui unissaient le peuple d’Israël depuis des générations. Les
penseurs du royaume de Judée bouillaient intérieurement, à
l’heure où l’avenir de la nation israélite était en jeu.
Actuellement notre situation n’est guère plus rassurante,
et la lutte d’antan ressemble fort à celle que nous connaissons à
l’heure actuelle, situation dans laquelle des questions cruciales
menacent notre existence tant au niveau personnel que
collectif.
Dans les montagnes de Judée, des personnages importants,
héros spirituels de par leur force intérieure, jouèrent un rôle clef.
Au dessus de tous, une personnalité se distingue: Mattathias, le
chef des Macchabées qui dirigea la révolte des Hasmonéens.
Mattathias, fils de Yokhanan était grand prêtre (Cohen
Gadol)
, à l’époque du second Temple, kabbaliste et chef
spirituel. De la hauteur de son niveau spirituel, il lui était évident
que l’avenir de la Judée dépendait du respect des fondements
spirituels que le peuple d’Israël appliquait depuis l’époque
d’Abraham. Il sentit qu’il se devait de stopper le déclin de ses
frères qui s’hellénisaient et qui rejetaient les valeurs spirituelles
prônées par les kabbalistes au cours des générations.
Mattathias comprit que l’origine des problèmes, provenait
comme toujours de nous, c’est avec douleur qu’il vit le
peuple d’Israël s’éloigner de ses racines spirituelles. Il se leva
et décida d’entreprendre quelque chose avant qu’il ne soit
trop tard. Mattathias décida de concentrer sa lutte contre les
hellénistes qui siégeaient à Jérusalem, cette lutte se transforma
progressivement en une guerre générale contre le pouvoir
grec.
La révolte des Macchabées contre l’hellénisme n’est pas un
évènement isolé dans l’histoire, c’est un maillon supplémentaire
dans la chaîne d’évènements dans le développement du
peuple d’Israël. C’est un processus qui a commencé à l’époque
d’Abraham, qui revient constamment et ce jusqu’à nos jours.

De Babel à Modi’in

La première percée de l’ego humain s’est passée à Babel, et
s’est traduite par la construction de la tour de Babel. L’ego des
Babyloniens, avec les années, s’est développé engendrant une
séparation et aboutissant à la haine. Abraham, un Babylonien
parmi tant d’autres dont l’ego grandit également, tenta
d’enseigner à autrui comment s’unir malgré l’ego grandissant.
Il expliqua que s’ils parvenaient à maintenir entre eux un
amour fraternel, en le plaçant au-dessus de leur propre ego, ils
mériteraient une union plus profonde avec la Force Supérieure.
Le petit groupe de personnes qui l’écoutèrent, appliqua la
méthode proposée et construit des relations basées sur l’amour
du prochain. Ce même groupe qui suivit le chemin emprunté
par Abraham grandit et devint le peuple d’Israël.
Cette flambée de l’ego engendra, bien plus tard, la descente
en Egypte de ce groupe de kabbalistes. Cette fois-ci, c’est Moïse
qui guida le peuple dans le désert vers le mont Sinaï: Mont,
Har en hébreu, du mot Hirourim, réflexions, et Sinaï du mot
Sina (haine en français). Moïse conduisit le peuple vers le point
où l’homme s’élève au-delà de la haine grâce à l’amour et au
don de soi. Ce processus spirituel est décrit allégoriquement
comme «l’ascension du mont». Lorsque l’homme atteint le
«sommet spirituel», il découvre la méthode pour attirer à lui
l’abondance de la Force Supérieure pour vaincre son ego. La
méthode permettant d’attirer la lumière ramenant vers le bien
est la sagesse de la Kabbale.
Après être parvenu à la situation spirituelle «solidaire les
uns les autres», Moïse et le peuple s’unirent pour un voyage
spirituel vers la terre d’Israël, Israël des mots Yashar-El, signifiant
droit vers Dieu, l’adjonction de ces deux mots symbolise un état
spirituel parfait.
Une fois arrivée sur la terre, le peuple connu un essor
spirituel et une union. L’apogée de cet essor vit le jour dans
la construction du premier Temple et ce, jusqu’à l’explosion
suivante de l’ego. Celle-ci engendra une séparation au sein
du peuple et à une décadence spirituelle, aboutissant à la
destruction du Temple. Le processus, ici cependant, fut plus
rapide, et le peuple s’unit à nouveau et construisit le second
Temple. Cependant, la croissance de l’ego continua et sa flambée
marqua l’époque de la révolte de Hasmonéens.

La guerre d’une minorité contre la majorité

Les Macchabées ont continué le chemin emprunté par

le groupe de kabbalistes fondé par Abraham et Moïse. A
la tête des Macchabées, Mattathias et à ses côtés, ses cinq
fils. Mattathias était Grand Prêtre, titre qui symbolise le
degré spirituel le plus élevé que l’homme puisse atteindre.
Mattathias et ses fils étaient parvenus à un degré spirituel
parfait, et toute personne qui aspirait à la spiritualité pouvait
se joindre à eux. Ils s’attristèrent de voir que l’ego prenait de
l’importance parmi le peuple qui s’hellénisait. A la différence
des hellénistes qui appréciaient la culture grecque, et qui
voulaient comprendre logiquement et intellectuellement
la réalité, les Macchabées aspirèrent à ressentir une réalité
parfaite et éternelle, et ce, au-delà de la raison, par l’amour
d’autrui. Ils partirent en «guerre contre l’esprit», dans une
lutte pour l’existence des fondements spirituels du peuple.
Dans cette guérilla spirituelle, s’unit une minorité contre la
majorité.
Les grecs symbolisent le rationalisme, l’intellect, la raison
et l’entendement, faisant d’eux les pères de la philosophie. Leur
vaste culture intellectuelle qui comprend la mythologie, la
philosophie, a été développée par les grecs anciens sur la base
d’un savoir issu des kabbalistes.

Johann Reuchlin écrit dans son livre«L’art kabbalistique» (De Arte Cabbalistica):«Mon maître Pythagore, le père de la philosophie, aurait apparemment reçu sa sagesse des Juifs et non des Grecs, il est le premier à avoir traduit le mot «Kabbale», qui jusqu’à présent était inconnu de
ses concitoyens, par le mot grec «philosophie».
Les Grecs ont conquis la terre d’Israël, non pas pour tuer,
mais pour exploiter l’âme d’Israël et y implanter leur raison et
leur culture.
Mattathias et ses fils et tous ceux qui se joignirent à eux
se nommèrent les Macchabées (Maccabi en hébreu) des mots
«Qui est comme toi Seigneur D.» (En hébreu Mi Camokha
Baelim Adonaï
). Ils partirent en guerre contre les hellénistes et
contre les Grecs pour la perception de la Force Supérieure. Ils
avaient compris par leur perception spirituelle que notre réalité
était gérée par des lois spirituelles immuables agissant sur nous,
dans toutes nos actions.
La Judée divisée de l’époque représente le processus
intérieur que chaque homme doit traverser durant sa vie. Ce
processus est inévitable, car il fait partie de l’ordonnancement
de la réparation des âmes. Les expressions «la tradition
des héros est entre les mains des faibles» et la guerre «de la
minorité contre la majorité» ne sont pas relatives à nos corps
physiques, mais symbolisent une série de processus intérieurs
vécus par les âmes. Ce sont des étapes comprenant des guerres
intérieures, que chacun d’entre nous menons sur notre chemin
pour un meilleur avenir spirituel. Selon ce principe, la minorité
représente un petit désir de spiritualité qui s’est allumé dans
notre coeur, et la majorité, un grand et puissant désir égoïste,
présent en nous naturellement. La guerre de la minorité contre
la majorité est la particularité de la fête de Hanoukka, et
représente notre réveil spirituel.
Ce changement doit déjà se produire chez qui sonne l’appel
spirituel: le peuple d’Israël, nous. Il nous appartient de nous
lever courageusement et de nous unir par l’amour du prochain
au-delà de l’ego grandissant, comme l’ont fait Abraham, Moïse,
Mattathias et ses fils, et tous les kabbalistes qui nous ont
précédés. C’est une loi de la nature que l’on ne peut ignorer,
si nous la renions, nous devrons faire face à de nombreuses
difficultés et à des crises.

La méthode infaillible

2173 ans après la révolte des Macchabées, le processus n’a

pas pris fin, mais il se rapproche de sa phase finale. Aujourd’hui,
notre situation ressemble à celle de la Judée divisée de cette
époque. Les méthodes philosophiques et logiques offertes
au monde par les Grecs sont depuis longtemps tombées en
désuétude, et la souffrance causée par la course au savoir et à
l’ego se révèle à tous. L’ego qui continue de croître sans répit est
de nos jours au zénith de son développement et nous entraîne
vers une crise mondiale générale.
Nous nous comportons comme une agora d’hellénistes
modernes. Même si nous sommes revenus de l’exil sur la
terre d’Israël, nous vivons toujours dans un exil spirituel. Il ne
nous a été donné qu’une petite étincelle de lumière dans nos
coeurs, une étincelle qui s’accroît de jours en jours. Telle une
bougie qui en allume une autre, il nous appartient de réunir ces
flammes pour former un flambeau, s’unir par amour comme
un seul homme dans un seul coeur, pour enfin ouvrir les yeux et
s’unir à la Force Supérieure. Telle est la seule façon de changer
notre situation et sortir de la crise environnante et parvenir à la
rédemption spirituelle.
La sagesse de la Kabbale se dévoile de nos jours au sein du
peuple et propose une méthode ancienne et prouvée qui nous a
accompagnée au cours des générations. Elle est la seule à pouvoir
apporter un changement en nous, d’abord au niveau individuel
puis collectif. Elle nous aide à nous élever spirituellement et
à trouver en nous cette étincelle de lumière et de mériter le
«miracle de Hanoukka», permettant à la lumière de briller et
de tout réparer.
Tel est le symbole de la fête de Hanoukka, fête qui représente
une nouvelle vie spirituelle remplie d’espoir, de perfection,
d’éternité et de lumière.