home email us! feed
26 mai 2017

Archive for Actualité

Quelle voie pour accéder à la spiritualité, « fuir les tentations de la société » ou « affronter ces tentations en changeant notre intention » ?

Quelle voie pour accéder à la spiritualité, « diminution de l’égo » ou « correction de l’intention » ?

Ceux qui pratiquent la diminution de l’égo, s’occupent du monde de l’action.
Le professeur Mickael Laïtman explique ici (vidéo de 8 minutes), la différence d’approche avec la méthode de « correction de l’intention », et l’évolution dans l’histoire de ces deux voies.

Schéma à l’appui :

Le professeur Laïtman démontre en fonction de l’évolution de l’égo dans l’humanité, l’inefficacité de certaines méthodes.

Dans notre société, l’actualité prouve malheureusement, notre incapacité à pouvoir diminuer nos désirs en intervenant au niveau de l’action, dans ce monde matériel :

-    L’exemple en est donné, actuellement dans les médias, avec les cas des hommes de culte aux prises avec leur désir sexuel.Le manque de résultat de cette méthode a pour triste conséquence des actes de viols sur des mineurs masculins.

-    Les violences conjugales où l’homme utilise son épouse comme objet sexuel pour assouvir à sa convenance son désir sexuel et non pour être à l’écoute des désirs de sa femme.

Peut-on espérer atteindre le divin :
- en s’isolant sur une île, ou en se retirant en haut d’une montagne ?
Ces clichés sont largement repris dans le cinéma ont-ils toujours raison d’être, à une époque qui se tourne vers la mondialisation, l’unité ?
Peut-on espérer aller à contre sens de la mondialisation ?

Ces quelques minutes de cours pourront répondre à ces interrogations.

PG.

Leçon intégrale :2010-03-11_Part 3 Introduction to the Book of Zohar_ item 69.

Fichier vidéo :

fre_t_rav_bs-akdama-zohar_2010-03-11_lesson_bb_n31.wmv

Site d’archives de cours en libre accès :

www.kabbalahmedia.info

Femmes, où êtes-vous ?

Le 8 mars 2009 le monde va se trouver confronté à plusieurs épreuves sans précédent, y compris une instabilité financière  mondiale, une sérieuse crise alimentaire (famine) une montée de violence dans plusieurs pays. Sous ces circonstances, à notre époque le plus grand espoir du monde c’est ses femmes: Leur inhérente capacité à nourrir et à guérir, leur sagesse et leur compassion et leur habilité à agir quand il le faut.

 

Les voix des femmes  sont entendues aujourd’hui  plus que jamais, avec un nombre record de femmes qui occupent des postes de direction. Nous avons Angela Merkel en Allemagne, Tarja Halolen en Finlande, Vaira Vike-Freiberg en Lettonie, Cristina Kirshner en Argentine, Pratibha Patil en Inde, Gloria Macapagal en Phillipines, Ellen Johnson-Sirleaf au Liberia, Yulia Tymoshenko en Ukraine et beaucoup d’autres. Mais ce n’est pas suffisant. Nous ne pouvons pas laisser le travail à ces dirigeantes, parce qu’un vrai changement doit commencer par le bas (comme l’a prouvé la campagne électorale d’Obama). Aujourd’hui chacune de nous doit se demander: qu’est ce que je fais en ce qui concerne la situation dans le monde? En quoi  je contribue à modifier cette crise financière ou cette montée de violence? Pourquoi ne pas me faire entendre et aider à rendre le monde un milieu sûr?

 

Alors, que devons nous faire exactement? Le chemin vers un monde meilleur commence par une prise de conscience, la prise de conscience que la situation actuelle nous oblige à adopter des relations compassionnelles et à avoir de la considération pour tous les gens de notre petit village global. C’est pourquoi, nous devons d’abord faire ce changement en nous, dans nos cœurs.

 

Après l’avoir fait, nous devons commencer à éduquer les gens avec ces nouvelles attitudes. Les femmes aujourd’hui ont une grande influence sur les médias- nous sommes éditrices, écrivains, présentatrices, et nous pouvons encourager cette approche de compassion dont le monde a besoin par tous ces moyens. Et en tout dernier, chaque femme peut influencer son copain, son mari, ses amis et ses voisins.

 

Certaines d’entre nous peuvent se sentir retenues de le faire parce que nous sommes confuses par cet actuel fiasco global comme tout le monde. Mais demandez vous: Qui d’autre peut commencer et stimuler cette transformation spirituelle sinon les femmes du monde entier. La nature globale de nos problèmes nous prouve que nous sommes en train de devenir une famille globale, tout juste comme une famille ordinaire, les femmes ont le plus grand pouvoir de changer les choses au mieux.

 

C’est le moment de faire ressortir nos qualités innées pour un meilleur monde - d’utiliser votre force, votre sagesse et votre compréhension pour aider à réorganiser le monde entier  dans cette nouvelle réalité globalisée. Pensez à cela de cette manière: Combien d’hommes sont capables de maintenir une brillante carrière tout en se préoccupant du bon fonctionnement du ménage, s’occuper de leurs enfants et du bon fonctionnement de la famille.

 

La réponse est claire. Ce qui manque à notre maison globale c’est la touche et l’influence intérieure d’une femme. C’est seulement alors que notre famille globale retrouvera la stabilité et la sécurité.

Les états unis – aujourd’hui et il y a dix ans

Le monde évolue et prend tout doucement conscience de la nécessité de changer et de trouver un autre modèle pour vivre.
Ainsi l’exemple de ces deux clips qui illustre de façon humoristique l’évolution des états unis dans les 10 dernières années.

Les kabbalistes essayent de transmettre leur sagesse à l’humanité depuis plusieurs siècles et notamment depuis le 20ème siècle. Ils expliquent que nous sommes tous unis dans un seul système intégral et que seul en découvrant ce système, nous serons à même de nous organiser en tant que société équilibrée.
Au final, ce système global peut se traduire en une phrase simple : « Toute l’humanité est une seule grande famille ». Espérons que nous pourrons découvrir cela au plus vite et de la façon la plus agréable.

La crise… Et après ? Moi dans tout ça ?

ss40001-small.jpg

Dans ces temps de crise, des questions apparaissent désormais chez tout un chacun. Ce courrier que nous a envoyé un visiteur du site en témoigne :

Chaque matin en me levant je redoute d’allumer la radio pour entendre les infos, cependant je ne peux pas vivre dans ma bulle en ignorant la réalité qui brutalement a frappé sans merci : la crise.

Différentes analyses ont alors émergé : c’est passager, ca assainira les finances, les relations, mais à ma grande stupeur la crise continue, l’effet boule de neige prend de l’ampleur et moi dans tout ca ?

En quoi suis-je lié à ce processus qui semble irréversible car la globalisation du modèle de société de consommation nous révèle un effet de domino, il semblerait bien que nous soyons tous liés, dépendant les uns les autres, en un clic je peux tout savoir sur tout, du meilleur comme du pire. Certes cette affirmation n’est pas une solution, toutefois cette interdépendance ne me rassure pas, jusqu’où ira-t-elle ou plutôt jusqu’où nous conduira-t-elle ? À un nouveau communisme ou pire encore un ultranationalisme qui comme nous le savons a abouti le siècle dernier au fascisme et au nazisme, nous avons vu que ce n’était pas la solution.

Certes de nos jours l’UE s’efforce de rester unie mais les fissures, dissensions se font bien sentir, qui plus est, le problème est mondial, les USA d’où la crise est partie ne peuvent pas être pointés du doigt, car cela serait admettre notre bêtise, bref nous voilà tous solidaires, dans la même galère et ensemble !!!!

Les bourses s’effondrent, les entreprises licencient, les ASSEDIC seront-elles en mesure de relever le défi ? Difficile à dire, alors et après ? Que reste t-il une fois le déluge passé ou bien peut-on encore arrêter cette vague déferlante qui semble bien reposer sur un manque de confiance entre les états, institutions financières, partenaires économiques, entre les gens, une sorte de problème psychologique à l’échelle mondiale qui a première vue semble plus difficile à gérer.

Le monde s’accorde qu’un changement est nécessaire, un changement en profondeur dans les mentalités, dans les relations humaines, pour un nouveau départ, une nouvelle société, civilisation en harmonie avec la  environnante.

Next entries »