home email us! feed
22 avril 2017

Archive for Articles choisis

Que demander de l’assemblée des amis ?

La sagesse de la kabbale repose sur 3 éléments que nous devons rassembler en Un tout au long de l’étude :
Rav, le groupe et les livres (actuellement les medias).
Ainsi, la mise en application de l’enseignement de Rav (le grand, le sage) suivant les sources (les écrits des anciens kabbalistes), se fait dans le groupe.
L’assemblée des Amis, se présente ainsi comme le laboratoire de l’étudiant pour se tester intérieurement.
Mais comment mettre en pratique cela ?
Rabash, le « Dernier des Mohicans », grand kabbaliste suivant la tradition depuis Abraham, nous fait l’interface entre notre monde moderne et la dernière « Mise à jour » de la méthode par BaalHaSoulam.
Le texte qu’il a écrit pour nous en 1987-88, nous est décrypté par tous les étudiants du groupe mondial sous le contrôle de nos instructeurs les plus expérimentés de nos campus.
Ce texte, un véritable bijou est accessible ici :
Que demander de l’assemblée des amis?

La vidéo de ce débat sur le texte est téléchargeable ici :
2011-07-04Part 5: Writings of Rabash Shlavey HaSulam, “What to Look For in the Assembly of Friends”, start with: “With all the above we can understand ..”
  FRE 55.92MB

L’habitude est un moyen de surmonter les chuttes

Question : comment se comporter pendant la chute, on ressent ce vide et alors qu’elles sont les actions que je dois faire ?

Rav: comment se comporter pendant les chutes : il y a beaucoup d’actions, d’abord il y a des situations : à la situation la plus basse, l’homme ne peut rien faire, il est allongé, on veut le tuer et il ne peut pas bouger, c’est ce qu’il ressent. C’est ce qui se passera je ne peux même pas bouger un doigt, même une pensée pour un millimètre et c’est d’en-haut qu’on veut lui montrer, regarde, c’est ta nature. On traverse cette situation, on étudie, il y a d’autres situations dans lesquelles je veux faire quelque chose mais je ne suis pas capable, je suis attaché avec des menottes mais je ressens que j’ai quand même un début de quelque chose, je suis incapable de me pousser à faire quelque chose ni physiquement ni intérieurement (spirituellement). C’est là qu’on doit d’abord utiliser l’habitude, l’habitude qui devient une second nature et c’est tout. L’habitude doit être une grande préoccupation, très grande.Le corps c’est un animal qui ne comprend rien. Tu as fait quelque chose, tu t’es levé une fois à 3h au lieu de 5h habituellement, imagine que ton corps est un animal qui vit à côté de toi et c’est exactement ça, cet animal comprend qu’à 5h on va étudier, pas à 3h, tu lui as montré une fois et c’est tout, il ne comprend pas hier demain, il sait que quelque chose à changé, c’est tout. A part si je voyage ou pour éviter des problèmes avec l’horaire, c’est pour ça que je me lève tout le temps à la même heure. C’est un exemple et c’est ainsi avec tout le processus malgré que je travaille sur des textes et les textes sont très différents. Dix pages dans un texte ce n’est pas pareil que dix pages dans un autre livre, mais pour moi je me comporte tel un âne, je dois traverser disons cinq pages par jour et alors je ressens cette pression, je ne peux pas me débarrasser de cette pression, ça me pousse, je ne peux faire autrement, alors je vérifie, peut être encore un peu, peut être je vais commencer par la fin ou le milieu mais je suis pressé c’est très important. La responsabilité aussi c’est très important, d’aider quelqu’un de le réveiller, de voyager ensemble en voiture et ainsi de suite, voir écrire l’extrait de chaque cours, ce que je pense et qui est important pour moi aujourd’hui, pour la situation que je traverse à l’intérieur, ce que j’ai entendu.Et ainsi de suite mais le plus important c’est l’habitude, la nécessité d’organiser la journée dans un emploi du temps, ça nous aide à surmonter la chute. Si on est de mauvaise humeur, s’obliger à danser, sauter, faire du sport ça aussi ça peut faire partie de l’emploi du temps, ça aussi c’est important, ça te change, toutes ces habitudes que tu as. Quand tu es fainéant c’est pénible quand quelqu’un t’oblige, mais on en a besoin, il faut faire des efforts ainsi de suite c’est ce qu’on appelle les policiers et les gardiens qui se trouvent devant toutes les portes. Chacun est faible, plus faible que tout le monde et c’est ce que pense chacun, on n’a pas de force, personne n’a de force, celui qui pense qu’il a des forces, qu’il est un héros c’est simplement un manque d’expérience.

Paroles de Kabbalistes

« Celui qui ressent en lui, après de maintes expériences, qu’en son for intérieur, son âme n’atteint la tranquillité que dans l’étude des secrets de la Torah, il saura avec exactitude que c’est pour cela qu’il fut créé. »
Rav Kook, Orot Akodesh §1

La Kabbale et la philosophie

Cycle de cours du Rav Laitman sur l’article du Baal HaSoulam, La Kabbale et la Philosophie.

Cours 1 - 23.05.2008

Cours 2 - 06.06.2008

Cours 3 - 13.06.2008

Cours 4 - 24.06.2008

Cours 5 - 27.06.2008

Cours 6 - 04.07.2008

Next entries »