home email us! feed
27 mai 2017

Réalité et image de la réalité

Le monde qui est en nous

Quelle est la véritable réalité? Et comment la percevons nous ? Existe-t-elle en elle-même ou est-elle juste une image intérieure de ce qui nous entoure et qui dépend de nos attributs intérieurs ?

Apparemment, chacun de nous sait ce qu’est la réalité : il suffit d’ouvrir les yeux et de regarder autour de nous – les maisons et les arbres, le monde qui nous entoure, les gens, tout l’univers. La réalité est ce dont on peut se servir et toucher, ce qu’on entend, goûte et hume. Telle est la réalité. Quoi, ce n’est pas ça !?

Le matin : vous vous réveillez d’un profond sommeil et vous étirez, une nouvelle journée commence, cependant au plus profond de vous, vous sentez que ce n’est pas le bon jour. Vous vous êtes réveillés du pied gauche et la dernière chose que vous souhaitez est de sortir du lit. Vous vous rappelez avec nostalgie de mardi dernier, qui fut une journée parfaite – dès le réveil vous aviez senti que ce serait un jour superbe et ce fut vraiment le cas. Or ce matin, vous n’avez envie de rien. Que s’est il passé, est ce que la réalité a changé ou bien est ce nous qui changeons ?

La sagesse de la Kabbale nous enseigne que toutes les émotions de l’homme, bonnes ou mauvaises, se produisent en lui, et bien que la réalité du monde nous semble exister en dehors de nous, l’image de la réalité de notre vie dépend entièrement de nos attributs intérieurs, que nous sommes les seuls à pouvoir changer.

L’avion dans le ciel

Imaginez dix personnes regardant un avion dans le ciel et qui de loin ressemble à un petit point. Chacune d’elles, regarde dans des jumelles, cependant chaque paire de jumelles agrandit l’avion différemment, il en résulte un débat qui s’engagea entre les différents participants : l’un dit que la taille de l’avion est de quatre mètres, le second pense que sa taille est de vingt mètres et le troisième est certain que sa longueur est de cinquante centimètres etc.

Chacun est certain d’avoir raison, du fait qu’il affirme ce qu’il voit. C’est sa réalité. Cependant, l’avion ne change pas et a toujours la même taille – toutes les différences proviennent uniquement des perceptions personnelles de chacun.

Cet exemple simple et néanmoins très profond a été donné par le kabbaliste Baruch Shalom Ashlag (Rabash) pour nous démontrer que la réalité du monde est une, or nous nous développons et changeons de l’intérieur et avec tout changement nous voyons la même réalité différemment.

Réalité extérieure et réalité intérieure

Les kabbalistes poursuivent et expliquent qu’il existe deux niveaux par lesquels l’homme peut saisir la réalité du monde et tous deux influent de façon absolue sur ses attributs intérieurs.

Tout homme naît égoïste – un attribut opposé à l’attribut de la nature. Actuellement l’attribut égoïste avec lequel nous vivons fait que nous nous sentons séparés des autres, ne prenant en considération autrui que dans la mesure de notre propre intérêt. Les kabbalistes ont découvert que l’égoïsme humain était la cause, dans notre représentation de la réalité, de la crise que nous vivons, s’exprimant sous forme de guerres, de catastrophes, de pauvreté et de corruption.

Cependant ces mêmes kabbalistes ont également découvert un attribut plus intérieur dans l’homme, une caractéristique cachée : l’amour et le don absolu, qui ressemble à l’attribut de la force de la nature. L’homme qui parvient à découvrir en lui un tel attribut, ressent une réalité complètement différente : il voit comment tous les hommes agissent comme faisant partie d’un même système, agissent réciproquement et créent entre eux un cercle infini de plaisir suprême, éternel et parfait.

Sortir du rêve vers une nouvelle réalité

De cette explication nous pouvons comprendre naturellement que la véritable réalité du monde nous est dissimulée. Nous la percevons conformément aux attributs intérieurs implantés en nous et pour le moment ils sont égoïstes.

Néanmoins, si nous changeons notre attribut égoïste en l’attribut de la nature, l’attribut de l’amour et du don, nous vivrons et identifierons autour de nous des choses entièrement différentes. Qui plus est, tout ce que nous voyions par le passé, nous le verrons soudain absolument différemment. Cet état est appelé par les kabbalistes «J’ai vu un monde inversé.»

Egalement dans le même cours :

  • Dans une des lettres du Baal HaSoulam : la fable du roi aimant qui demanda à faire grandir son esclave vers les sommets : comment le roi fait grandir l’esclave jusqu’au plus haut degré ?
  • Qui est le roi, qui est l’esclave et qui sont les ministres du roi déguisés en voleurs, assassins et bandits ? le voleur, le meurtrier et autres émotions négatives se réveillent dans l’homme. Ils ne sont pas à l’extérieur, ils sont des descriptions des désirs égoïstes présents en l’homme, un habit extérieur des forces mauvaises qui luttent en lui.
  • Pourquoi les kabbalistes ont écrits pour nous des fables ? Pourquoi nous perturbent-ils avec des paraboles et ne nous donnent pas des formules simples pour travailler ?

Le cours est basé sur les écrits du Baal HaSoulam –livre Pri Hakham Igrot (Fruit du Sage, lettres), Lettre 1, page 26 en hébreu.

mediaLien vers le cours