home email us! feed
23 avril 2017

Qu’est ce que c’est qu’une prière ?

Une prière est appelé Man, quand le désir de l’homme s’unit au désir du créateur, Maïm -  le haut. Deux fois Bina et deux fois Malkhout quand c’est ensemble Bina et Malkhout, et Malkhout dans Bina on a deux Bina dans Malkhout et deux Malkhout dans Bina, enfin bref le désir de l’inférieur monte au désir du supérieur, ils sont ensembles, c’est ce qu’on appelle Man, c’est exactement le désir de l’inférieur de ressembler au supérieur. Immédiatement, le supérieur l’aide, espérer tout le temps, après il ne doit pas décider qu’il peut aider le supérieur, c’est l’inférieur qui ouvre - tout dépend des âmes, inclus dans Malkhout et à travers Z”A qui montent jusqu’à Bina, c’est la seule chose qu’on doit faire. Donc ce qui nous manque c’est sur le désir de recevoir et ajouter l’intention de donner.Extrait du cours du matin du 15.09.09

Que sont les Séfirot ?

Tout ce qui touche aux séfirot à tendance à porter à confusion, mais il est toujours possible de s’y retrouver si l’on se rappelle qu’il est simplement question de désirs. Keter est le désir du Créateur de donner la Lumière (plaisir)  et Hochma est notre réception de ce plaisir, Bina est notre désir de donner en retour au Créateur, Z’’A est notre désir de recevoir dans le but de donner au Créateur et Malchout est notre désir de recevoir, la racine des créatures – nous.

Qu’est-ce que l’égo ?

L’égo est ce que je ressens comme un relâchement personnel, un vide, un manque, un désir, c’est comme une prise ou un creux en moi. Lorsque celui ci est rempli, je ressent cela comme un plaisir.

Définition : Langue des branches

Langue utilisée par les kabbalistes dans leurs différents ouvrages afin de décrire les mondes spirituels à l’aide de mots de notre monde physique. Chaque élément de notre monde est le résultat d’une force spirituelle appelée « racine » par opposition à sa branche – sa conséquence - dans le monde physique. Les mots de notre monde sont l’expression de notre ressenti matériel, de ce monde. En ce qui concerne le spirituel, il n’y a pas de mots pour le décrire. Afin de surmonter cette difficulté, les kabbalistes ont choisis d’emprunter les noms des branches – c’est-à-dire les mots de notre monde – pour désigner les racines spirituelles. Ainsi, aucun livre, dans la sagesse de la Kabbale ne parle de ce monde-ci, mais uniquement du spirituel. Le débutant, ou bien une personne qui n’a pas connaissance de ce concept peut parfois tomber dans l’erreur et penser que ces ouvrages traitent de mystique, or il n’en est rien. L’ignorance de cette loi fut l’origine de nombreuses méprises par le passé et continue de l’être. Par conséquent, il est important de bien retenir qu’aucun livre de Kabbale ne traite de ce monde.

Next entries »