home email us! feed
23 avril 2017

Comment organiser son temps entre l’étude et la diffusion?

Rav répond à la question avec référence aux textes.

Lecture d’un texte de Kabbale

LivreLes difficultés pour parler de la Kabbale et l’étudier résident dans le fait que les mondes spirituels n’ont pas d’égal dans notre monde, et, même si l’objet de leur étude devient compréhensible, ce n’est que temporairement, car il est perçu par la partie spirituelle de notre conscience qui est constamment renouvelée dans l’En-haut. C’est pourquoi des notions déjà assimilées deviennent tout à fait incompréhensibles. En fonction de l’humeur et de l’état spirituel, le texte peut sembler au lecteur soit imprégné de sens profond, soit absolument superficiel.

Il ne faut pas désespérer quand quelque chose qui hier était clair, n’est à nouveau plus compréhensible. Il ne faut pas désespérer quand le texte est hermétique, semble étranger, dénué de logique, etc. On n’apprend pas la Kabbale pour avoir des connaissances théoriques, mais pour commencer à voir et à ressentir, tandis que l’analyse intérieure et la connaissance des forces spirituelles, de la lumière, des niveaux spirituels, donneront la connaissance absolue.

Tant que l’homme n’est pas sensible à la lumière supérieure, aux éléments spirituels, il ne comprend pas la logique de la construction du système de l’univers, car il n’existe pas, dans notre monde, d’analogues à ce qui est étudié.

Lors de la lecture d’un texte, il est recommandé de ne pas lire les mots dans leur sens habituel mais, après avoir pris connaissance d’un paragraphe, d’y songer en l’appliquant à toutes sortes d’exemples de la vie, y compris ses préoccupations personnelles.

Il sera utile également de repenser à une phrase avec insistance et de nombreuses fois, en essayant de s’imprégner des sentiments de l’auteur, de lire lentement, en s’attardant sur l’essence de ce qui est écrit, puis de revenir au début de la phrase. Cette façon de procéder aidera le lecteur à pénétrer les descriptions au moyen de ses propres sentiments ou bien à ressentir l’absence de sensations, ce qui est également une étape nécessaire au développement spirituel.

Changer sa nature : tout un programme

Introduction à l'étude des dix séfirot - leçon 9

Dans le cours d’aujourd’hui, sur le texte de l’introduction à l’étude des dix sefirot (Une introduction globale à la sagesse de la Kabbale) rédigée par le Baal HaSoulam - le Rav Michael Laitman expose le drame le plus réaliste dont une personne peut faire l’expérience : la bataille intérieure que mène l’individu qui travaille à acquérir les qualités de l’amour absolu, et du don. Rav Laitman retrace les caractéristiques de cette « maladie d’amour » dont souffre celui qui suit ce chemin ; il revient sur des points comme la détermination personnelle et le support de l’environnement dont une personne a besoin pour changer sa nature d’un amour égocentrique à l’amour d’autrui, ainsi que le bonheur sans fin qui attend la personne qui atteint cette qualité.

Introduction à l’étude des dix séfirot :

Les cours sur l’introduction à l’étude des dix séfirot sont donnés chaque jour, de 5h00 à 6h00 - heure d’Israël (GMT+2) – en direct sur Kabbalah TV, et sont archivés sur http://www.kabbalahmedia.info

Les cigognes et le travail d’équipe

Chaque automne, des volées de cigognes prennent leurs quartiers en direction du sud. Ils partent des froides terres du nord, et migrent en direction de la chaleur de l’Afrique. L’automne prochain levez la tête vers le ciel, et vous apercevrez ces volées en forme de V.

Pourquoi volent-elles en V ? Quand un oiseau bat des ailes, il crée derrière lui une impulsion qui facilite le travail des oiseaux qui le suivent. C’est pourquoi une formation en V permet à l’envolée de parcourir une bien plus grande distance qu’un oiseau ne pourra jamais traverser seul.

Un autre fait intéressant : quand une des cigognes s’éloigne de la volée suite à une blessure ou à la fatigue, immédiatement deux autres cigognes viennent voler à ses cotés pour protéger et aider leur compagnon de vol.

Ils restent avec l’oiseau en difficulté jusqu’à ce qu’ils reprennent des forces et soient à nouveau capables de voler, seulement à ce moment ils rejoignent la volée.

Que peut-on apprendre des volées de cigognes ?

Les personnes qui ont un but commun peuvent l’atteindre plus rapidement et plus facilement s’ils se joignent en groupe. Chaque membre aide l’autre et ensemble ils vont plus loin que séparés. C’est la raison pour laquelle les Kabbalistes ont toujours étudié en groupe.