home email us! feed
23 avril 2017

Comment vérifier l’existence des mondes spirituels ?

Est-ce une philosophie ou une science vérifiable ?
Quelles sont les personnes concernées ?
Comment prouver ce processus ?

Dans cette vidéo Rav Laïtman répond à ces points.

La Kabbale et la philosophie

Cycle de cours du Rav Laitman sur l’article du Baal HaSoulam, La Kabbale et la Philosophie.

Cours 1 - 23.05.2008

Cours 2 - 06.06.2008

Cours 3 - 13.06.2008

Cours 4 - 24.06.2008

Cours 5 - 27.06.2008

Cours 6 - 04.07.2008

Le kabbaliste et le philosophe

“… la signification du mot «spiritualité» n’a rien à voir avec la philosophie, alors comment peuvent ils débattre de quelque chose qu’ils n’ont jamais vu ni ressenti? Sur quoi reposent leurs arguments?

S’il existait une quelconque définition qui permettrait de distinguer le spirituel du matériel, cela n’appartiendrait qu’aux personnes ayant atteintes et ressenties une chose spirituelle. Ces personnes sont les authentiques kabbalistes… »

Le kabbaliste Yéhouda Ashlag.
La différence entre la Kabbale et la Philosophie

La Kabbale parle de l’âme, du sens de la vie, de la spiritualité de l’homme… On dirait de la philosophie, n’est-ce pas ? Pas du tout. La Kabbale est tout à fait le contraire de la philosophie et il est très important de comprendre la différence. Voilà pourquoi.

Tout ce qui existe dans ce monde comporte quatre niveaux, le minéral, végétal, animal et l’être parlant (humain). Ces niveaux sont présents dans toute la réalité et dans toutes les personnes. Les trois premiers niveaux : le minéral, végétal et l’animal sont des systèmes activés par la Nature automatiquement par les instincts. Mais, le niveau être parlant ou humain en nous n’opère pas automatiquement.

Qu’est-ce exactement le niveau être parlant en nous? Ce sont nos pensées, nos désirs, nos intentions, tout ce qui est caché, le monde non apparent de notre existence. Ce monde n’est pas régit par les lois de la Nature. Nous prenons les décisions sur l’utilisation du niveau être parlant, et c’est ce qui fait de nous le sommet de la création ce qui nous pose aussi un grand dilemme: comment faire usage de ce niveau, et existe-t-il un moyen correct d’en faire bon usage ?

Nous ne sommes sûrement pas les premiers à nous poser cette question. L’humanité a longtemps réfléchi sur le moyen de faire face à la partie humaine en elle Comment faire pour ordonner nos pensées et désirs, et comment les utiliser? Ces questions ont été examinées en profondeur par les plus grands penseurs ayant vécu dans ce monde, et des milliers si ce n’est pas des millions de livres ont été écrit sur le sujet. Toutes les expériences et les théories que l’humanité a accumulées au cours de l’histoire dans le but de répondre à ces interrogations s’appellent la philosophie.

Les kabbalistes eux aussi se sont concentrés précisément sur ces interrogations depuis des millénaires. Côte à côte avec la philosophie, ils ont écrit des milliers des livres sur ces profondes et importantes questions. Qu’est-ce qui rend alors la Kabbale si différente de la philosophie ?

La Kabbale permet à l’individu d’élever sa conscience au niveau humain, le monde caché dont nous avons parlé auparavant, et de l’étudier au moyen d’une approche scientifique. Par ailleurs, la Kabbale nous explique que ce faisant, nous parvenons à nous élever à un degré supérieur d’existence - supérieur car il se trouve au-dessus notre niveau de conscience actuel et ordinaire.

Il est impossible d’étudier ce niveau supérieur ni même de le définir tant que l’on ne se trouve pas à ce niveau soi-même. « S’élever à ce niveau » veut dire qu’on le ressent tangiblement, on y habite, car justement la Kabbale nous permet d’y parvenir. La méthode se concentre dans le développement des nos attributs personnels, nos perceptions, et alors nous commençons à ressentir le monde qui était caché auparavant - le niveau humain de la réalité.

Une fois que l’individu le ressent et y habite, il peut l’étudier avec une précision scientifique. Plus besoin des spéculations, des philosophies ou des devinettes sur ce qu’y ce passe, puisque les faits se révèlent d’eux mêmes très clairement.

La philosophie, d’autre part, ne s’appuie pas sur une compréhension précise. Elle prend plutôt, la liberté de philosopher sur les mondes supérieurs de l’existence sans jamais avoir accédé à ce niveau là. Elle se prête à des discussions abstraites, sans aucun fondement, et des débats reposant sur l’imagination. De plus, elle ne peut jamais affirmer que ses conclusions sur le degré supérieur de l’existence soient exactes car elle ne dispose pas des outils pour les vérifier à ce niveau là.

En conséquence, la Kabbale est fondamentalement différente de la philosophie. Les kabbalistes parlent de leur propre expérience pratique. Leurs descriptions ne sont pas abstraites ou bien spéculatives. Ils ne décrivent que ce qu’ils ont atteint tangiblement, analysé et discerné.

Alors, qu’est-ce que la Kabbale? Le mieux est de la décrire comme une science qui se base sur l’atteinte personnelle et l’approche pratique. Elle nous donne les outils pour nous élever au niveau humain afin de l’étudier et ce faisant, découvrir le moyen de l’utiliser de la meilleure manière possible

La grande confusion

Durant longtemps la sagesse de la Kabbale fut dissimulée, et son accès était difficile et restreint à un petit nombre d’initiés. Cependant le sujet éveillait déjà la curiosité et nombreux sont ceux qui utilisèrent le terme Kabbale pour nommer toutes sortes de méthodes n’ayant aucun lien avec cette sagesse. De là provient l’amalgame obscur qui entoure cette sagesse. Gottfried Leibniz (1646-1716), un grand mathématicien et philosophe, exprima ouvertement ses pensées quant à cette confusion généralisée : «Vu que l’humanité n’avait pas la clef pour découvrir le secret, la soif de connaissance s’est finalement attardée sur toutes sortes de détails et de superstitions qui ont engendré une «Kabbale vulgaire» qui a si peu à voir avec la vraie Kabbale, et sous un faux nom - une magie fut inventée se servant de différentes fantaisies dont les livres sont remplies