home email us! feed
24 avril 2017

Paroles de Kabbalistes

« Celui qui ressent en lui, après de maintes expériences, qu’en son for intérieur, son âme n’atteint la tranquillité que dans l’étude des secrets de la Torah, il saura avec exactitude que c’est pour cela qu’il fut créé. »
Rav Kook, Orot Akodesh §1

La Kabbale Aujourd’hui - premier numéro

 

La Kabbale Aujoud’hui

Le 5 Juin 1940, le Rav Yéhouda Ashlag (Baal HaSoulam, 1884-1954), auteur d’un commentaire sur le livre du Zohar, décide de publier le journal « La Nation », le premier journal de Kabbale de l’histoire. « La Nation » est diffusée à qui le demande, même si, en dépit des efforts du Baal HaSoulam, il est écrit dans une langue relativement complexe.

Dans l’Israël des années 40, ce journal de Kabbale éveille une véritable surprise. Durant des générations, la sagesse de la Kabbale fut conservée dans le secret, et réservée à quelques élus, à tel point qu’aujourd’hui, 68 ans après la publication de « La Nation », le journal du Baal HaSoulam semble encore révolutionnaire. Pourquoi après plusieurs siècles de secret autour de la Kabbale, un des plus grands kabbalistes du 20ème siècle décida d’agir ainsi ? Est-ce que le Rav Ashlag ressentit que quelque chose avait changé ?

De fait, oui. Le Baal HaSoulam, tout comme le Rav Kook (1865-1935), qui vécut en Israël, à la même période explique dans ses nombreux articles que notre génération est aujourd’hui prête à étudier la Kabbale. Le retour du peuple d’Israël après 2000 ans d’exil vient symboliser le début d’un processus, qui appelle à un éveil spirituel généralisé.

Cependant, 2000 ans d’exil ont quelque peu obscurci les esprits et la Kabbale est aujourd’hui rattachée à de nombreuses pratiques et formes de pensée qui n’ont rien avoir avec ce que les kabbalistes ont transmit de génération en génération dans leurs ouvrages.

« La Kabbale Aujourd’hui » est un journal apolitique, non-commercial, avec pour vocation de transmettre dans une langue simple et moderne, le message antique que les kabbalistes ont perpétué des générations durant. En bref, un journal, basé sur des sources authentiques, sans fioriture, sans méditation, ni bracelet rouge, mais au contraire, une sagesse de la vie, qui existe depuis plusieurs millénaires, et qui intéresse aujourd’hui de plus en plus de personne en Israël et dans le monde.

Intérêt qui va de pair avec les efforts des grands kabbalistes des siècles derniers pour ouvrir au plus grand nombre les secrets de cette merveilleuse sagesse. Comme dit le Rav Kook, auquel un article complet lui est consacré pour ce premier numéro, « les grandes questions spirituelles qui n’étaient résolues que par les grands kabbalistes, doivent être désormais résolues à différents degrés par tout le peuple ». Vous trouverez également un article qui résume l’avis des sages des générations précédentes sur la diffusion de la sagesse de la Kabbale à notre époque.

Enfin, s’il est question de notre époque, les soixante ans d’Israël sont une occasion pour un petit retour dans le temps, sur la création de l’état d’Israël et une opportunité de faire le point sur la situation actuelle à la lueur de la pensée de la Kabbale, et de voir ce que pensent les kabbalistes de ce petit état qui fait grand bruit.

Toujours à propos de notre époque, l’article « Les temps modernes » nous fait réfléchir sur notre société actuelle, avec les problèmes qu’on lui connait, et l’article « L’économie de la nature » se penche plus spécifiquement sur les problèmes économiques d’aujourd’hui.

Enfin, sur une note plus légère, une interview du Rav Michaël Laitman avec Doudi Ménoussi, critique israélien, penseur, voyageur, et satire à ses heures.

Paroles de Kabbalistes

Nous ne renouvelons rien, notre travail n’est que d’apporter la lumière sur ce qui est caché au sein de l’homme.
Rabbi Menachem Mendel de Kotsk.

Celui qui n’a pas étudier la Kabbale n’a pas de Torah complète.
Rav Shalom Ben Moshe Bozglo

Cependant, il y a en cela une chose merveilleuse, qu’il convient de diffuser, car il y a un remède merveilleux pour ceux qui étudient la sagesse de la Kabbale, et bien qu’ils ne comprennent pas ce qu’ils étudient, grâce à leur fort désir de comprendre ce qu’ils étudient, ils éveillent sur eux des lumières environnantes sur leur âmes.
Rav Yéhouda Ashlag, dit le Baal HaSoulam, Introduction à l’étude des Dix Séfirots

La sagesse de la Kabbale nous enseigne l’union des mondes, et l’équivalence à trouver dans le nom du Créateur jusqu’aux hauteurs les plus élevés, pour ressembler à la forme de son Créateur, et comment aller dans sa lumière sans obstacle.
Rav Kook, Orot Hakodesh, §2

Cependant, je suis habitué à réveiller les grands de notre peuple, afin qu’ils ne contentent pas d’une seule profession, mais également qu’ils s’occupent de la partie spirituel dans la Torah.
Rav Kook, Igrot Kodesh

Apprendre les lois de la nature spirituelle

Tout comme l’homme doit s’habituer à la nature matérielle et à ses forces. Il apprendra à agir selon ces mêmes lois qui contrôlent le monde, dont il est lui-même une partie et elles le contrôle intérieurement et extérieurement. De la même manière, voire davantage, il doit apprendre à s’adapter aux lois spirituelles, qui contrôlent la réalité toute entière, et dont il fait partie.

Et toute cette adaptation du début à la fin est d’adhérer au point supérieur du divin dans tous ses chemins et actions, pensés et sentiments. L’adaptation à la réalité spirituelle qui inclut tout, dont il provient et à laquelle il revient.

Rav Abraham Kook

Next entries »