home email us! feed
26 mai 2017

Comment vérifier l’existence des mondes spirituels ?

Est-ce une philosophie ou une science vérifiable ?
Quelles sont les personnes concernées ?
Comment prouver ce processus ?

Dans cette vidéo Rav Laïtman répond à ces points.

Juste lever la tête

En pleine nuit, deux hommes se tiennent dehors.

- Pourquoi ce sourire ? demande le premier.
- A cause de la lune, répond le second qui continue de sourire.
- A cause de quoi ?!
- De la lune, il pointe la lune du doigt mais son ami ne lève même pas la tête
- La lune ? Quelle lune ?
- Là, là-haut s’enthousiasme son ami, juste au dessus de toi, de couleur jaune.
- Jaune ! Oooh ! Impressionné par la nouvelle, il part raconter cela à tout le monde.

Une demi-heure plus tard, une foule immense s’assemble autour de l’homme qui a vu la lune :

- Ô maitre ! Parle-nous de la lune ! lance une voix pleine de respect mêlée de crainte, en provenance de la foule.
- Il n’y a rien à raconter ! Levez vos têtes et vous verrez par vous-même !

Quelqu’un, sans détacher son regard du professeur, écrit avec application dans un carnet : « Il faut lever la tête - et la lune se dévoilera, un cercle jaune, sur le fond noir du ciel »

- Qu’est-ce que tu écris ? demande l’homme avec suspicion.
- Quelqu’un doit conserver cet enseignement pour les générations à venir, et si je ne le ferais pas, alors qui ?
- Quel enseignement ?! Simplement levez la tête !!!
- « Lever la tête - ce n’est pas compliqué, extrêmement simple » continue d’écrire l’étudiant.

A cet instant l’homme lui donne un coup de poing au menton, et durant un bref instant l’élève aperçoit une tâche jaune.

- Qu’est-ce que c’était professeur ?
- La lune !
- Oh ! J’ai vu la lune ! J’ai vu la lune !
- Il a vu la lune ! Crie la foule, émue, autour de celui qui vient de voir la lune, encore en train de se frotter le menton.

Désespéré du spectacle, l’homme renonce à tout ça et s’en va, continuant d’admirer la pleine lune.

Après 2000 ans, quelqu’un lit un texte à propos de la découverte de la lune, et soupire longuement :

- A cette époque le professeur était proche, et pouvait donne un coup de poing au bon moment. Même s’il se trouve encore des gens qui disent qu’un seul livre suffit, et qu’ils voient la lune chaque nuit, qui croire de nos jours ? Peut-être que tout cela n’est qu’une légende sans fondements…

Sens inné ou acquis

sensNous percevons le monde à travers nos cinq sens. Ce qui est perçu par la vue, l’ouie, le goût, l’odorat et le toucher s’unit en nous pour nous donner une image globale du monde qui nous entoure. C’est pourquoi, si nous avions d’autres sens, nous percevrions le monde différemment. On sait que les chiens «perçoivent» le monde grâce à l’odorat, et les abeilles le perçoivent comme s’il était divisé en milliards de cellules.

De là, avec nos cinq sens nous ne saisissons qu’une petite, et certainement très limitée, partie de ce notre environnement. Est-il possible de ressentir tout ce qui nous entoure? Est-il concevable que le secret de notre existence, son but et son destin, se cachent là?

Si notre hypothèse est juste, alors il nous manque un sens permettant de ressentir ce que nos cinq sens ne parviennent pas à saisir. Comment est-il possible d’acquérir ce sens? Pourquoi la nature ne nous a-t-elle pas créé avec? Pourquoi ne l’avons-nous pas reçu à notre naissance?

La conclusion est simple: l’homme doit le développer en lui par ses propres forces. L’homme se développe différemment des autres créatures. Il acquiert ou développe toute chose par lui-même; c’est pourquoi il doit en être de même pour ce sens supplémentaire: l’homme doit le développer par lui-même, en fournissant des efforts qui feront de lui un homme.

La grande confusion

Durant longtemps la sagesse de la Kabbale fut dissimulée, et son accès était difficile et restreint à un petit nombre d’initiés. Cependant le sujet éveillait déjà la curiosité et nombreux sont ceux qui utilisèrent le terme Kabbale pour nommer toutes sortes de méthodes n’ayant aucun lien avec cette sagesse. De là provient l’amalgame obscur qui entoure cette sagesse. Gottfried Leibniz (1646-1716), un grand mathématicien et philosophe, exprima ouvertement ses pensées quant à cette confusion généralisée : «Vu que l’humanité n’avait pas la clef pour découvrir le secret, la soif de connaissance s’est finalement attardée sur toutes sortes de détails et de superstitions qui ont engendré une «Kabbale vulgaire» qui a si peu à voir avec la vraie Kabbale, et sous un faux nom - une magie fut inventée se servant de différentes fantaisies dont les livres sont remplies

Next entries »