Apres-choc de la crise économique

Apres-choc de la crise économique

 

La découverte dune solution globale et satisfaisante à la crise nest possible que grâce à létude du fonctionnement de notre univers à lintérieur duquel toutes les parties sont liées et en équilibre les unes avec les autres.

 

Nombreux de par le monde subissent dans une certaine mesure la crise économique comme un drame psychologique collectif et cet état répond à la définition «d’après-choc ». La plupart dentre nous connaissons une sensation de crainte et dimpuissance. Des études montrent que lune des phases, en réaction à cet état, est de faire face a cette nouvelle situation par une adaptation du corps et ainsi d’arriver à un nouvel équilibre.

 

Une autre réaction peut être une résistance a un quelconque changement. Que peut-on apprendre de la collaboration de tous les membres du corps pour le bien du corps entier et peut on appliquer ceci aux relations humaines ?  Il semble que grâce à  létude de la nature et de son harmonie, il va être possible daccéder à une réussite globale.

 
La globalisation et nous
 

La plupart dentre nous avons des habitudes auxquelles nous sommes attachées et que nous refusons dabandonner même après avoir compris quelles nous sont nuisibles. Nous avons tellement peur de changer, à tel point que nous sommes prêts a investir beaucoup dénergie pour nous justifier.

Pourquoi en est-il ainsi ?

 

Aujourd’hui dans le monde dans lequel nous vivons, au sein de ce « petit village global »  où nous dépendons les uns des autres, nous avons loccasion dapprendre un nouveau code de comportement,  une conduite différente de celle que nous connaissons afin de fonctionner comme une société saine et de faire face a la crise.

 

Le plus grand kabbaliste du 20ème siècle, Baal HaSoulam, nous décrit cette attitude dans une fable :

« Deux individus se trouvent sur un navire quand lun dentre eux  commence à percer un trou. Son ami lui demande:" pourquoi fais tu cela ?"

 L’autre lui répond :

« Cela ne te regarde pas, je perce sous mes pieds et pas sous les tiens.”

 Son ami lui répond :"Es tu fou ? Nous allons couler tous les deux !"

 

La compréhension que nos actes ont une influence sur les autres marque le début de la prise de conscience dune « réalité corrigée », de l’individualisme vers le collectif. Ceci est nécessaire dans un monde dans lequel chaque partie est reliée aux autres et notamment en vue des résultats de nos actions antérieures qui nous démontrent que nous avons jusquà présent échoués dans notre itinéraire.

 

Lhabitude devient une seconde nature.

 

Le besoin déquilibre nest pas ancré que dans le corps humain. En fait ce principe de vie anime lunivers entier, chaque cellule, chaque être, prend du système ce qui est nécessaire à sa survie et donne toute ses forces pour le bien du système lui même.

 

A lencontre de léquilibre mutuel qui existe dans lunivers la société humaine a créée un système artificiel qui est géré par d’autres règles : chacun ne se préoccupe que de lui même et essaye de profiter des autres.

 

Notre comportement égoïste rompt léquilibre naturel, et de même que le manque déquilibre du corps humain est ressenti comme une maladie ou une douleur qui nous signale que quelque chose nest pas normal, ainsi notre déséquilibre avec lunivers est ressenti par des souffrances qui nous secouent afin que lon comprenne que nous ne pouvons continuer ainsi.

 

Cest ainsi que en plus dune solution économique, explique Baal Ha Soulam, que nous devons prendre exemple sur la constitution des rapports existant dans lunivers qui sont basés sur la confiance et la dépendance mutuelle et sur le même modèle, construire de nouveaux rapports entre nous.

 

Nous devons changer dattitude, car si notre forme de pensée égoïste est responsable de la crise, et bien un raisonnement inverse est en mesure dy mettre fin. Dans cette période de crises successives, il est difficile dapercevoir une croissance ou  un développement quelconque. En adoptant une attitude positive pour faire face au changement, à limage de notre corps qui surmonte les obstacles qui se dressent devant lui, nous pouvons peut-être transformer notre attitude

 

La nouvelle société globale offre à lindividu de découvrir  le monde dans lequel il vit et de reconnaître que dans ce système intégral nous vivons tous dépendant  les uns des autres exactement comme dans un navire.

 

 

Numéro de février 2009

Ecrire à l'auteur

Liens

Archive

La colonne de Michael Laitman

En guise d’introduction

En guise d’introduction

Récemment, j’ai découvert que les gens sont de plus en plus conscients que la civilisation évolue vers sa propre destruction. Dans le même temps, il semble de plus en plus improbable d’arrêter ce processus. La crise globale qui gagrène toutes les faces...