Kabbalah.info - Kabbalah Education and Research Institute

600 000 âmes

Il est dit qu’il y a 600 000 âmes et chacune est divisée en plusieurs étincelles. Nous devons comprendre comment est-il possible de diviser le spirituel, car au début seule une âme a été créée, l’âme d’Adam Ha Rishon.

Selon moi, Il n’y a vraiment qu’une seule âme, comme il est écrit : (Genèse 2 : 7) « et il insuffla dans ses narines le souffle [le mot âme est utilisée en hébreu] de vie ». La même âme existe chez tous les enfants d’Israël, entière en chacun d’eux comme dans Adam Ha Rishon, car le spirituel est indivisible et ne peut être coupé, comme c’est le cas pour les choses matérielles.

Ainsi, nous disons qu’il y 600 000 âmes et étincelles d’âmes qui sont apparues, mais elles sont divisées par la force du corps de chacun. Au début, le corps se divise et la prive complètement de la splendeur de l’âme, et par la force de la Torah et du commandement, le corps se purifie, et à la mesure de sa purification l’âme générale l’illumine.

Donc, deux discernements sont faits dans le corps physique. 1. Il ressent son âme comme un organe spécial, et il ne comprend pas qu’il s’agit de l’ensemble d’Israël. Et ceci est vraiment un défaut. De ce fait, il fait ce qui est susmentionné 2. La véritable lumière de l’âme d’Israël ne l’illumine pas dans toute sa luminosité, mais seulement partiellement, à la mesure et selon le taux de sa propre purification, pour retourner au collectif.

Le signe pour la complète correction du corps est quand il ressent que son âme existe dans l’ensemble d’Israël, dans chacun d’entre eux, et donc il ne se sent pas comme un individu. Car l’un dépend de l’autre. Alors il est complet sans imperfection, et l’âme l’influence vraiment de toute sa force, comme elle était apparue dans Adam Ha Rishon, comme dans « Celui qui respire, respire de Lui ».

Cela se fait en trois temps pour l’homme :

A. L’étincelle de l’âme, l’action faite par les étincelles, ce qui est permis et interdit.

B. L’âme individuelle, une partie des 600 000 qui se complète en permanence, mais un défaut est en elle. Cela signifie que son corps ne peut recevoir toute l’âme, et se sent comme un être distinct, ce qui lui cause encore bien de tourments de l’amour.

C. Ensuite elle se rapproche de la perfection, l’âme commune, car son corps s’est déjà purifié et se consacre entièrement au Créateur, et il ne fait ni évaluations ni écrans, et il s’inclut entièrement dans l’ensemble d’Israël...

Nous avons appris, que « même si un seul homme s’approche de son Maitre avec une repentance entière, le Roi Messie viendra immédiatement ». Cela semble dire comme ils ont dit (Cantique des Cantiques 1) « Moïse équivaut à 600 000 ». Il convient de comprendre cela, car cela voudrait dire qu’il y a deux fois 600 000 âmes, l’âme de Moïse et les âmes d’Israël.

En vérité, il n’y a qu’une seule âme, connue d’après la mesure de chaque âme qui se purifie et se défait de sa saleté. Donc, quand toutes les âmes seront corrigées, elles attireront à elles toute l’âme supérieure d’Atsilout à chaque âme, car le spirituel ne se divise pas. Alors, « le Seigneur sera le roi de toute la terre ». Et tant qu’il manquera une seule âme à la pureté complète, il manquera l’extension de cette Kedousha [sainteté] dans chaque âme d’Israël.

Et quand une seule âme d’Israël se purifie de toute sa saleté, alors elle attire à elle toute l’âme d’Atsilout, et à travers elle, toutes les âmes de sa génération seront corrigées. L’une dépend de l’autre, comme il est écrit: « il était digne que la Shekhina [Divinité] soit sur lui, mais sa génération ne l’était pas. » (Sanhédrin 11)

Le contenu des mots est absolument déconcertant, que cette même âme qui a été récompensée de se purifier, s’efforce immédiatement d’élever la grâce de la génération et demande pour elle, jusqu’à ce qu’elle élève toute sa génération à son mérite.

C’est le sens de : « Moïse équivaut à 600 000 ». Car comme il était leur fidèle berger, il avait la même Kedousha [Sainteté] qu’avait toute la génération.

Mais le collectif [l’ensemble/le tout] est trouvé dans chaque individu, car à la fin des temps, toutes les âmes s’uniront en un seul tout, par leur retour à leurs racines spirituelles. Par conséquent, tous les miracles, les merveilles et tous les mouvements qu’elles ont connus dans le monde entier durant les six mille ans, doivent être vécus par chaque âme. Et la bonne âme y aspire, pour tous les discernements de Kedousha avant et après elle. Et la mauvaise âme, fait le contraire.

Les époques qui passent sont considérées comme des générations, sauf que chaque génération se comporte d’après son juge, l’esprit qui la juge, d’après ce qu’elle reçoit de la Kedousha à ce moment-là.

Donc chaque âme est prête à aspirer en elle l’âme de Moïse, d’Aaron, de Samuel, de David, de Salomon, c’est-à-dire des moments qu’elle vit. A la sortie d’Egypte et à la réception de la Torah, l’âme de Moïse s’est révélée en elle, durant la septième des conquêtes, l’âme de Josué. Et à la construction du Temple, l’âme du roi Salomon etc.

Il ne s’agit pas d’âmes particulières, mais d’après la règle que nous avons mentionné, que le spirituel ne se divise pas, et dès qu’il est récompensé de l’âme, il est récompensé de l’âme de l’ensemble d’Israël, selon la place et le mérite de sa purification, et donc des époques où il est récompensé de ces merveilles susmentionnées, il reçoit alors en lui l’abondance de l’âme de cette révélation. De ce fait, le nom du propriétaire de cette révélation est sur lui.  

Et ils ont dit (Shabbat 67, Baba Metsia, 113) « Tout Israël sont des fils de rois ». De plus (Talmud de Jérusalem, Massekhet Horaiot (instructions) 3, 5) « Et quand le roi meurt, tous ceux d’Israël méritent le royaume ». C’est un grand secret, car à toutes les générations précédentes, qui n’étaient que la préparation à Malkhout, elles avaient besoin de Kelim [récipients] spéciaux pour attirer leurs juges, comme l’âme de Moïse, de Samuel etc. Mais le but ultime dépend de l’ensemble d’Israël, car s’il manque une petite partie d’une petite étincelle, la fin ne pourra pas apparaitre. C’est pourquoi « tous ceux d’Israël méritent le royaume » car ils sont tous égaux dans ce véritable discernement.

Donc il n’existe aucun Kli [récipient] particulier pour attirer cette perfection, mais celui qui se purifie et purifie son âme afin de mériter d’étendre la révélation de Malkhout dans le monde, sera appelé littéralement le Roi David. C’est le sens de « David, Roi d’Israël vit et existe ». Car il n’est pas mort du tout, et son récipient se trouve dans chaque âme d’Israël. Ce n’est pas le cas pour l’âme de Moïse qui ne se trouve que dans les sages disciples de la génération, et aussi chez les prophètes et les prêtres.

C’est le sens de « quand le roi meurt, tous ceux d’Israël méritent le royaume ». C’est également la signification de l’exemption du public de ses obligations.

Cela concerne le sujet suivant (Souta, 49) « à l’époque du Messie, l’insolence [également arrogance] grandira ». Et (Isaïe 3 :5) « l’adolescent sera insolent envers les aînés, et l’homme insignifiant envers un honorable ». Cela veut dire que même un adolescent insignifiant aura la grande arrogance d’étendre Son royaume sur le monde, comme s’il était un des anciens et un des respectueux de la génération.

Car même l’insignifiant, celui dont l’âme est vraiment basse et vile à sa racine, s’il oriente son cœur et purifie ses actions pour devenir méritant, sera récompensé d’étendre à son âme, l’âme générale du peuple saint, avec toutes les merveilles que le peuple saint a goûté jusqu’à présent. C’est parce que tous se préparaient pour cette perfection.

Donc, chaque âme individuelle est obligée de goûter à tout, et elle achètera son monde en une heure, grâce au mérite de cette génération, pour étendre la couronne de Son royaume qui comprend tout : « et tous ont besoin du propriétaire des aiguilles, et chaque élément en elles est requis » (Brakhot, 64, Baba Batra 145)

Ceci est le sens de « même si un seul homme est récompensé de la complète repentance, le Roi Messie arrivera immédiatement ». Car même si un seul homme de la génération est récompensé d’étendre cette âme de lui-même, tous ceux de sa génération pourront en être récompensés, car quiconque en a l’obligation exempte les autres des leurs, et il pourra beaucoup prier et se tenir devant lui, jusqu’à ce qu’il soit récompensé pour toute sa génération.

Ce n’est pas le cas pour les rédemptions précédentes, qui n’étaient que des préparations, et ne relevaient pas de chaque individu. Par exemple, le don de la Torah ne visait que la génération du désert, et leur maitre Moïse. Et à une autre génération, même s’ils étaient plus purs, ils n’ont pas étendu ce discernement, ni personne d’autre sauf Moïse, car l’un dépend de l’autre.

Mais le Messie est prêt pour chaque génération et est donc prêt pour chaque individu pour étendre le discernement du Messie comme dans « quiconque en a l’obligation » ci-dessus.

La raison est que ces onctions concernent la correction des récipients, et la représentation de tous les récipients est pareille, car toute la division entre eux n’est que dans leur HBD, dans leurs qualités. Par conséquent, du ministre qui voit la face du Roi, à celui qui est assis derrière la meule, tous sont des serviteurs égaux, pour restituer l’ancienne couronne, et ainsi il n’y a aucune différence entre eux.                                                                                                            

 

 

 

Kabbalah Library

Cours en ligne

kabbannerqc

Partagez sur